Le 21 janvier 1793, la France s'est amputée

Message d'Aurore Chery (VR) du 27-02-2002.

 

 

Je viens de tomber sur le courrier des lecteurs du Monde du 30 janvier dernier.

 

"Le 21 janvier 1793, dans le grand silence qui, le couperet tombé, suivit la mort du roi Louis

XVI, la France et sa monarchie ont cessé de vivre en symbiose. Aujourd'hui même, notre pays s'en ressent encore : il n'est pas malvenu d'y réfléchir, pour plus tard, à l'approche de l'élection présidentielle. (...)

En fait, le 21 janvier 1793, la France s'est amputée. Elle s'est privée de cet élément essentiel d'équilibre qu'était - et pourrait être -, à la tête de l'Etat, l'incarnation en une personne, une famille, de son unité, de sa continuité, de ses intérêts généraux, permanents et essentiels, communs à toute la nation, que nul parti - parce que parti et partiel - ne peut représenter. (...)

Dans l'Union européenne dont les composantes, les nations, demeurent des réalités irréductibles, rien ne les représentera et garantira mieux que des monarchies liées à leur Histoire. Ce n'est pas sans raison que la moitié des pays d'Europe demeurent des monarchies, même si le rois, reines, grands-ducs ou princes n'y disposent pas de pouvoirs très étendus. Ces monarchies sont en réalités plus jeunes et plus vivantes que certaines Républiques fourbues. (...)

Hervé Lavenir de Buffon, Paris "