Ballade des nouveaux pendus.

 

Elections  et  Droits de l'Homme
Sont de jolies marionnettes
Qu'on agite pour ceux qu'on nomme
Naïfs, aveugles, ou gogos .
On leur sonne de la trompette
Ou bien plutôt du pipeau
On leur fait un grand théâtre
Mais ce n'est qu'un simulacre
Une farce, un faux tableau
 
On leur tire les ficelles
D'un guignol pas très comique
En  préparant la vaisselle
D'un souper plutôt  tragique.
Pendant la pièce les badauds
Applaudissent sans les voir
Ceux qui cachés dans le noir
Les prennent pour des nigauds.
 
Mais un jour sans crier gare
Le réveil viendra pour ceux
Qui auront crié REMBARRE,

Vive le Roi,  Gloire à  Dieu.

 

Paul Turbier (VR) 8-3-2000.