Bas-relief vendéen.

 

Un ami du Lieutenant ayant remis à celui-ci une photo d'un bas-relief trouvé en Vendée, le Schtroumpf à lunettes ne parvient à pas à situer l'époque dont serait issu celui-ci (le bas-relief, bien sûr ; le lieutenant, lui, date de 1951 mais semble avoir plus servi que la pierre.)

 

 

Les érudits des Vexillarum Regis sont sollicités pour dater ce monument : le motif, la matière (de la pierre de plochères ?) et la manière ou les techniques du sculpteur devraient éclairer les spécialistes.

Si vous avez une réponse transmettez la au Schtroumpf à lunettes, c/o le Lieutenant.

 

Merci d'avance.

 

Enquête lancée le 17-01-2001.

 

 

1ère réponse :

Ce type de réalisation  lithopicturale est  très répandu dans le haut bocage vendéen.

Le choix  de la pierre n'est pas innocent , car la pierre des Plochères est hautement réfractaire ( elle contient  de l'amiante). Pierre réfractaire, la symbolique du support est évidente.

 Ce genre de gravure semble s'être répandu vers la toute fin du XIXème siècle, quand le ton est monté entre l'Eglise et la République. Ostensiblement enchâssée dans un mur, la pierre clamait  la fidélité du propriétaire au culte  romain. Elle était donc la cible toute désignée à la vindicte  des laïcs du bourg qui pouvaient nuitamment la marteler (la tienne semble d'ailleurs un peu esquinté  sur le haut droit du coeur).

 

La pierre des "plochères" est une cendre volcanique  (Ignimbrite) qui a été "métamorphisée": enfouie dans les profondeurs de terre, puis compactée et étirée pendant l'ère primaire. Roche "fissile", mais moins que l'ardoise,  elle contient des amygdales de quartz noir et des minéraux d'amiante qui lui confèrent des propriétés réfractaires. Source : Gilles Besson, géologue de Vendée, citant Robert Wynns

 

Cette pierre est unique au monde . le seul filon connu  est majoritairement sur la commune de St Pierre du Chemin ( Vendée). Il s'étire sur 10km de long   et 10 mètres de large.

La carrière a été exploitée du XVIème siècle  jusqu'aux années 50, date à laquelle une poche d'eau envahit la carrière, portant le coup de grâce à l'exploitation  déjà en perte de vitesse ( un parpaing, Monsieur, c'est bien moins lourd et tellement  moins long à fabriquer).

 

Réponse transmise via Rembarre ! (VR) le 19-01-01.

 

Selon les informations du Schtroumpf à lunettes, le bas relief fut admiré par les participants à la réunion de la Journée du Monts des alouettes, les 27 et 28-01-01.