Cantate Domino


J'ai toujours, quand on me vante un disque d'enfants, un léger mouvement de recul. Cela sent trop souvent la complaisance bébête des parents pour leurs rejetons même pas prodiges, la retape amicale, collante, dégoulinante de gentillesse. Ça se referme sur vous, toute la gluance affreuse des bichounets d'amour, vous ne pouvez plus rien faire, il faut subir, vous êtes sommé d'apprécier, au chantage, au sentiment, là tout de suite, alors que ça vous semble affreux ou très quelconque. En somme, petits chanteurs à la Croix-de-Fer vous trouveriez ça amusant, mais là c'est la croix de bois, de guimauve, de roudoudou, de canard en sucre, c'est selon - chacun la sienne ! - et il faut bien dire quelque chose car les parents attendent, vous attendent. Dans un reste, ou comme c'est mon cas dans une imitation de bonne éducation, vous finissez par dire que c'est admirâââble. Si bien que vous avez l'entraînement, vous sortez les qualificatifs au kilomètre, vous ne tarissez plus d'éloges, mais vous rangez à jamais le disque au rayon des nullités, quelque chose entre musique d'ambiance pour loto de patronage et fond sonore pour librairie pieuse charismatique.


Une exception ? si ça arrive ? j'ose à peine y croire.

Il y en a pourtant, et le disque de chants sacrés pour l'année liturgique Cantate Domino de la maîtrise de la Perverie en fait partie. Sur ce disque vous retrouverez des chants correspondants aux principaux temps liturgiques.


Fidèle à mon compositeur favori j'ai tout de suite couru au onzième morceau, l'Ave Maria d'Anton Bruckner. S'attaquer avec des enfants à Bruckner, qui plus est à ces pages d'apparence modeste mais difficiles et longtemps obscures, d'une grande pureté, cela montre déjà en soi une sûreté étonnante. Intrigué, l'oreille tendue vers cette musique que je connais bien, j'ai été impressionné par la rigueur de ces enfants. Mais il y faut justement plus que de la rigueur pour qu'un disque comme celui là sorte du lot et soit une réussite. Et c'est une incontestable réussite. Revenu de mon agréable surprise et le disque terminé j'ai pu mieux comparer avec d'autres interprétations de cet Ave Maria. La comparaison révèle quelque chose d'original, une intelligence étonnante de ces voix d'enfants pour arriver à un résultat aussi heureux. De ces tutti grandioses qui se résolvent en murmure, il n'y en a pas, pas plus que de ces brusques ruptures, de ces plongées vertigineuses qui rejaillissent en éclaboussures d'or et de résurrection. Rien de surprenant dira-t-on, cet Ave Maria fait justement partie de pièces qui forment un îlot apaisé, moins tendu, dans l'oeuvre de Bruckner. En effet : on reste au bord de ces perpétuelles tensions qui rendent Bruckner si fascinant ;  tout est là, bien là, en place, mais retenu, comprimé, comme cerné par la force paradoxale de ces voix d'enfants. Et c' est cela qui est étonnant. Trouver dans l'une de ces pièces relativement apaisées la tension qui n'y est pas, la rendre comme en creux, en souligner l'empreinte grâce à des voix d'enfants qui y prennent une force insoupçonnée, c'est extrêmement séduisant.


Autour de cet Ave Maria auquel j'ai été plus particulièrement sensible, ce n 'est que Bach, Allegro, Kodaly, Mozart, Vivaldi, César Franck ou encore Mendelssohn. La Marche des Rois qui illustre l'Epiphanie est particulièrement enjouée.


Mon aversion pour les disques d'enfants que vous fourguent les parents satisfaits n'en a pas disparu, mais la preuve est faite que ces productions peuvent être d'une grande qualité et la fierté des parents nullement exagérée. Altos et sopranos, il y a sans doute quelques noms à retenir, que l'on a des chances de retrouver dans l'avenir.


Ensemble, ces pièces forment finalement un ensemble très réussi, on en reste charmé. Vous cherchez quoi dire. « Admirable ». Sans accents circonflexes sur les trois a. Juste un petit a précis, vif, clair dans les yeux bleus et décidés d'une petite chanteuse blonde.



Cantate Domino

Chants sacrés pour l'année liturgique

Prix : 20 euros

à commander à la Maîtrise de la Perverie

63, rue de la Perverie

BP 42203

44322 Nantes cedex 3


Tél. : 02.51.12.43.77

Fax : 02.40.14.53.79

maitriseperverie@free.fr

http://maitriseperverie.free.fr