Exorcismes Spirituels

 

Texte transmis par Soldat Louis du 30 août 2003.

 

Et un petit texte de Philippe Murray qui, à défaut de proposer des solutions, expose dans son oeuvre une grille de lecture de la société contemporaine à la fois précise, globale et sauvée du pessimisme à la fois par un attachement à la religion - même s'il ne se déclare pas explicitement chrétien, et par une certitude absolue en l'imperfection de l'homme, qui fera probablement échouer cette destruction planifiée.

 

Extrait de Exorcismes Spirituels III, Ed. Les Belles Lettres, 2002 :

 

«  Mon sentiment est qu'une sorte de révolution encore sans nom est en train de se dérouler, et qu'il serait vain d'espérer l'enrayer tant qu'elle n'aura pas déployé tout l'éventail de ses méfaits. "La première condition d'une révolution décrétée, observe Joseph de Maistre, c'est que tout ce qui pouvait la prévenir n'existe pas, et qui rien ne réussisse à ceux qui veulent l'empêcher". D'autant qu'il ne s'agit nullement d'une révolution violente "à l'ancienne", et qu'on ne verra pas naître, chez ceux qui au contraire en attendent tant de bienfaits, l'écoeurement qui naît en général de trop d'effusions de sang. Le monde qui commence est celui où tout ce qui restait de raison ne mène des batailles d'arrière-garde, d'ailleurs vite perdues, que pour renforcer a contrario le nouvel ordre, qui est essentiellement festif, et dont l'arrogance juvénophile a de plus en plus le visage de l'ancien fascisme ; lequel a aussi été, on l'oublie trop, un culte du nouveau, du moderne, de la jeunesse.

 

[...] le style satisfait, épaté de soi même, progressiste, philonéiste, dans lequel s'auto-célèbre la nouvelle hégémonie : celle-ci consiste à mettre en examen, pour entrave à festiviste dans l'exercice de ses fictions, tout ce qui s'oppose au viol légal commis sur tous les plans par le festivisme généralisé.

 

[...] La collection des monstruosités intellectuelles ou factuelles de notre époque est infinie. Elle témoigne, pour le moins, d'un effondrement complet de l'esprit critique. Elle indique un glissement des populations vers l'onirisme, et une prise de pouvoir du principe de plaisir. La tendance est de travailler à annuler toutes les séparations (cruelles, en effet, mais aussi considérées jusque-là comme structurantes) qui ouvraient au monde adulte. Il s'agit, même si personne n'en a vraiment conscience, de retrouver l'état indifférencié d'avant la "Chute" biblique. De réintégrer le royaume de l'innocence. Il s'agit donc d'effacer l'histoire humaine, au moins l'histoire judéo-chrétienne. D'une façon générale, l'époque qui commence représente la plus grande attaque jamais vue contre le fond culturel juif de l'Occident, c'est à dire contre les suites de l'exil du Jardin d'Eden. »

 

SL