Imaginons une médaille. La patrie c'est ce que nous ont laissé nos pères (d'où le mot), un territoire, un art de vivre, une religion une culture, une langue, des souvenirs communs, une Histoire. Nous l'aimons, c'est la face affective, passionnelle et même amoureuse de la médaille.

La Nation, entité juridique, avec des Lois, parfois, hélas, une constitution, des juges, un gouvernement etc., en est le revers. C'est le côté raisonnable et froid de cette médaille. Mais avers et revers sont inséparables. On peut mourir pour l'avers, pour le revers, c'est moins commode.

 

De :Paul Turbier, 2-12-2000.