Isidore, un saint patron pour les surfeurs

 

 

Après s'être doté de son propre site Web en 1996 (http://www.vatican.va/phome_fr.htm) le Saint-siège poursuit son avancée sur les voies de l'Internet. Jean-Paul II aurait désigné mardi un saint patron pour les internautes et les informaticiens. Son choix s'est porté sur Saint Isidore, évêque de Séville au VIIe siècle. Il est connu pour être l'auteur des "Étymologies", première encyclopédie au monde qui touche aussi bien à la médecine qu'aux mathématiques, à l'histoire et à la théologie. La Saint Isidore est fêtée le 4 avril.

Isidore de Séville peut être considéré comme le fondateur spirituel de l'Espagne catholique. Il vécut au VIIe siècle, sous les Wisigoths. Leur roi Recarrède venait d'unifier la péninsule ibérique et avait installé sa capitale à Tolède. A la même époque, la Gaule romaine était sous la coupe des Mérovingiens, les héritiers de Clovis. Isidore, évêque de Séville, théologien et lettré, laissa une volumineuse histoire des Goths et de l'Espagne. Son oeuvre très féconde inspira les clercs du Moyen Age à venir.

L'Espagne, cependant, moins d'un siècle après sa mort, en 636, fut presque toute entière conquise par les musulmans et islamisée.

 

Texte transmis par Richard jrap (VR) 09-02-01.

 

Saint Isidore est donc patron des internautes... il est tout spécialement patron des internautes royalistes peut-on ajouter ! Car au XIe siècle, la tombe de Saint Isidore fut transférée à Léon, précisément dans la basilique San Isidro bâtie en son honneur et où sont inhumés de nombreux souverains, en faisant une sorte de "Saint Denis" espagnol (les envahisseurs en moins autour j'imagine).

Vive Saint Isidore ! Je propose que nous adoptions sa fête du 4 avril comme fête de la liste !

(J'ajoute qu'il ne faut pas le confondre avec Saint Isidore le Laboureur, qui est le patron de Madrid)

Que Saint Isidore intercède pour nous.

 

Texte transmis par Nicolas Masvaleix (VR) 19-02-01.

 

SAINT ISIDORE

Archevêque de Séville

(mort en 639)

 

Saint Isidore, frère et successeur de saint Léandre sur le siège archiépiscopal de Séville, était de famille princière; il eut aussi pour frère saint Fulgence, et pour soeur sainte Florentine, vierge et religieuse, illustre par ses chants sacrés.

On rapporte que la nourrice d'Isidore l'ayant laissé seul un instant dans le jardin de son père, il fut environné d'un essaim d'abeilles, dont quelques-unes se posèrent sur son visage et sur ses lèvres sans lui faire aucun mal: présage des flots de persuasive éloquence qui devaient couler un jour de la bouche du grand Docteur.

Il fut confié, jeune encore, à son frère aîné, Léandre, qui l'aimait comme un fils, mais qui usa envers lui d'une grande sévérité. Un jour, Isidore, découragé par l'insuccès de ses efforts et rebuté par les énergiques corrections de l'archevêque, s'enfuit de l'école de Séville. Après avoir erré quelque temps dans la campagne, exténué de soif et de fatigue, il s'assit auprès d'un puits et se mit à regarder avec curiosité les sillons qui en creusaient la margelle. Il se demandait d'où provenait ce travail, lorsqu'une femme qui venait chercher de l'eau au puits, touchée de la beauté et de l'humble innocence de l'écolier, lui expliqua que les gouttes d'eau, en tombant sans cesse sur le même endroit, avaient creusé la pierre. Alors l'enfant rentra en lui-même et se dit que si la dureté de la pierre se laissait ainsi creuser goutte à goutte par l'eau, son esprit finirait bien aussi par subir l'empreinte de l'enseignement.

Il retourna auprès de son frère et acheva son éducation de façon à posséder bientôt le latin, le grec et l'hébreu, et à devenir le collaborateur actif de Léandre dans l'oeuvre de la conversion des ariens. Son zèle et sa science irritèrent tellement ces hérétiques, qu'ils résolurent de le tuer; mais la Providence le tira de leurs mains. C'est alors que, pour approfondir encore davantage la science de la foi, il entra dans un monastère, où il s'adonna autant aux vertus religieuses qu'à l'étude.

A la mort de Léandre, il fut élu à sa place aux unanimes applaudissements du peuple. Pendant que tous se réjouissaient de son élévation, lui seul pleurait. Dès qu'il eut ceint la mitre et pris en main la houlette pastorale, sa vie ne fut plus qu'un perpétuel sacrifice, et il ne cessa de se dépenser pour son troupeau, au point qu'il est incompréhensible comment la vie d'un homme si occupé par le ministère extérieur a pu suffire à tant de savants écrits.

Prévenu par le Ciel de son prochain trépas, il se fit porter à l'église, se fit donner un cilice et mourut sur la cendre.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950 (transmis par S.de B. 31-05-01)1950