JOURS DE FETE

 

Comme chacun ne sait peut-être pas j'ai le bonheur d'habiter un village en forêt de Rambouillet , village qui fêtait son Saint patron avec deux jours d'avance avec un repas champêtre  sous le soleil et sous la tente.

    A peine rivé sur un banc par un lumbago féroce, j'aperçois Serge qui traverse la pelouse à quelque mètres de moi. Lumbago oblige, je n'ai pu que le héler un peu cavalièrement, je le regrette et nous avons donc pu brièvement bavarder ne serait-ce que pour monter un petit projet convivial.

    Mais l'important n'est pas là. Il est dans le témoin que le ciel m'a envoyé, en la personne de Serge de l'immense bonheur qu'on peut avoir dans un village comme celui-ci, un jour comme celui-là.

    Une tablée de 180 personnes, et çà et là, des familles assises dans l'herbe sous les arbres, grands et petits, jeunes et vieux, tous réunis dans une joyeuse et paisible animation. Pas de musique de sauvage, un accordéon comme à Nogent, des danseurs tournant la valse sur une piste improvisée, pas un papier sur le sol, pas une voiture brûlée (si si!). La vraie France, comme nous l'aimons et comme nous voudrions qu'elle survive partout, même à St-Denis ou à Aubervilliers.

    Coïncidence fortuite ou signe du destin, pas une seule "chance-pour-la-France-comme-dit-Borloo" à l'horizon.

    Vous ne me croyez pas ? demandez à Serge.

 

Paul T. le 22-06-2003

 

 

Voici une expérience que je renouvelle assez souvent. Je suis entre amis, ou, plus simplement dans un petit groupe que le hasard à réuni et au sein duquel une conversation s'est établie, et le fil de celle-ci m'amène à dire que le histoires de république ne me concernent pas étant donné que je suis royaliste. Et hop, la plupart du temps quelqu'un se découvre et dit " moi aussi, je le suis".

Dimanche dernier, sous la tente du pique nique villageois où nous étions assis, j'aperçois , comme je l'ai déjà relaté, la carrure de Serge qui passait par là. Après son départ quelques questions sont posées et on arrive au point critique évoqué plus haut. " Ah oui, Paul, il a une fleur de Lys sur la plaque de police de sa voiture". C'est alors que Roland, voisin et ami, me dit : " Paulette (c'est son épouse) aussi est royaliste". Ma liste de voisins dont j'avais si longtemps ignoré la conviction royaliste, s'allonge donc et nous allons bientôt pouvoir monter un club.  Paul, mais aussi Monique, Jérôme, Jean-Michel et maintenant Paulette pourront déjà jouer aux cartes ensemble car leurs maisons respectives sont proches. Ah, j'oubliais Ludmila qui , en bonne russe qu'elle est, est tsariste. Le monde est petit et il n'est que de causer pour se découvrir.

Causons.

 

Paul T. le 23-06-2003.