La partie de dominos de M. de Tréville et  de Monsieur de Buckingham

Texte d’Alain Texier (VR) transmis le 5 octobre 2003.

 

     La partie de dominos de M. de Tréville et  de Monsieur de Buckingham se déroulait rituellement  fin septembre. Son enjeu était assez simple; le perdant s’engageait  à payer au vainqueur un repas de  qualité  à Versailles ou dans les environs.

 

    Confortablement installés dans des fauteuils Louis XIII, enfin du moins autant  que le  style de ces fauteuils le permettait,  M. de Tréville et Monsieur de Buckingham  avançaient  tour à tour leur  leurs  dominos  qu’ils posaient  sur une  feutrine épaisse d’un vert  tendre.  La partie  durait depuis assez longtemps pour avoir permis qu’une chandelle  couleur  jaune paille  éclairant la table à  jeu se  consume à moitié. Le sort de la partie était assez incertain  sans  que, pourtant, M. de Tréville ne  quitte  un instant un visage marmoréen.  Monsieur de Buckingham , apparemment moins sur de lui, avait  , à deux reprises  déjà,  ébranlé , en posant  sa pièce, les alignements réguliers de  dominos en ivoire.

 

    Soudainement et sans  que rien n’ait permis de pressentir cette tension entre deux joueurs  qui se  connaissaient  si bien et  qui  sans doute s’estimaient plus encore, Monsieur de Buckingham   posa sur la feutrine non pas à plat , comme les  règles du jeu pratiqué  en commun l’impliquent, mais de  champ.

 

    Étonné , M. de Tréville, qui n’ignorait pas que M. de Buckingham avait parfois de ces sautes d’humeur d’autant plus surprenantes  que , sur le moyen et  long terme  Monsieur de Buckingham était un charmant  garçon, M. de Tréville,  donc, leva un sourcil ­le droite- qu’il fronça en disant «Plait-il»?  Monsieur de Buckingham , assez heureux apparemment  d’être le roi  de la fête,  ne  répondit  rien se  contentant de tapoter  sur la table avec son index retourné.

 

      «Plait-il» répéta  M. de Tréville sur un ton un peu plus fort. «Que se passe t-il cette  fois?  La messe  célébrée ce matin dans on rite accoutumé en la chapelle  du château vous aurait ­elle importuné en quelques unes de ces parties? Le repas- plus simple  , il  est  vrai qu’à l’ordinaire , aurait-il eu l’infortune de vous déplaire? Ou est-ce mon nouveau majordome M de  Camploutreix dont la nouveauté des manières aurait choqué  l’idée  que vous  vous  vous faisiez d’une réunion comme  celle-ci? ,  à moins  que  ce ne  fut encore la couleur de cette feutrine  qui vous soit montée aux naseaux?  

    Répondez moi, je  vous prie, ou alors je  croirais  que cette façon de poser le  domino de champ a pour seul objectif de  vous faire  remarquer?»

 

     Comme monsieur de Buckingham étonné  - tout compte fait- de l’ampleur que prenait  l’histoire de ce domino posé de champ , ne répondait rien; Monsieur de Tréville prit  le domino fautif le retira de l’ensemble posé à plat  dont il rompait ­il est  vrai l’ordonnance- et  le remit  dans la boîte d’acajou qu’il ferma d’un coup sec.  

 

    Ceci fait, il se leva de son fauteuil à os de mouton et dit à son compétiteur: «Vous  avez  Monsieur, un an devant  vous pour accepter de vous plier à des règles, que  nous avions  de plus arrêtées en commun . Nous sommes fort  peu nombreux en France à jouer  aux dominos, je ne souffrirai pas  qu’un sens  de l’originalité porté à ces extrémités  courre le risque de laisser le  libre champ des jeux de société à des joueurs de belote par exemple. Faites effort pour le  comprendre ,je vous en prie, pendant  qu’il est temps encore».