Louis XVII est-il bien mort au Temple en juin 1795 ?

Pour clôturer un débat dynastique de décembre 2002 sur VR et qui vira, comme de coutume au pugilat,

 

Mahoud écrivit :

 

Pour rebondir sur le message de JJuin ci-dessous et sur celui de Frédéric, je viens d'envoyer un message à Philippe Delorme pour lui demander de venir sur VR arbitrer tout ça...j'espère qu'il va céder aux sirènes mahoudiennes  ;o)

 

Philippe Delorme répondit sur VR le 18-12-2002 :

 

Comme vous le voyez, Mahoud, je réponds à vos sirènes.

 

J'ai lu plusieurs communications me concernant, certaines me font plaisir, d'autres m'agacent, d'autres me mettent en colère.

 

Permettez-moi de me présenter rapidement : j'ai participé à cette liste il y a quelques années, au tout début de son fonctionnement. Mon "royalisme" est plus du domaine historique que politique, car j'ai l'impression que la Ve République a encore de beaux jours devant elle.

 

Pour ceux qui voudraient mieux connaître mes livres, je leur propose de faire un tour sur mon site personnel :

http://www.dromadaire.com/phdelorme/phd

 

Inutile de faire de la publicité intempestive ici...

 

Je n'ai guère de temps en ce moment pour discuter à n'en plus finir sur Louis XVII (je suis passé depuis longtemps à d'autres sujets : je termine actuellement une biographie d'Isabeau de Bavière, et les délais qui me restent sont dramatiquement courts). D'autant plus que je me suis laissé prendre à ce petit jeu à plusieurs reprises sur d'autres forums (en particulier le forum Révolution de www.histoforums.free.fr auquel je vous renvoie).

 

Mes arguments sont toujours les mêmes et n'ont pas varié depuis 2000. Contrairement aux vaticinations de mes adversaires qui se plaisent à brouiller les cartes, mon raisonnement est simple :

 

 

Nous pouvons affirmer :

 

1/ la génétique nous apprend que le coeur conservé à Saint-Denis contient l'ADN de Marie-Antoinette.

 

2/ l'enquête historique démontre ce le coeur de Saint-Denis est celui que le docteur Pelletan a prélevé sur le cadavre du Temple

 

3/ Donc, le cadavre du Temple appartenait à un parent de Marie-Antoinette.

 

4/ Donc, le cadavre du Temple était celui de Louis XVII.

 

La seule objection sérieuse que l'on puisse faire à ce raisonnement (et c'est moi qui l'ai faite le premier dans mon livre "Louis XVII la vérité", pour la réfuter - ceux qui ont assisté à la conférence de presse d'avril 2000 se rappellent sans doute que je l'ai également évoquée publiquement), donc la seule objection serait que ce coeur ait été échangé à un moment ou un autre de son parcours de deux siècles, et échangé contre celui du frère aîné de Louis XVII. En effet, on ne voit pas bien comment et pourquoi il aurait été échangé contre le coeur d'un autre descendant d'une soeur de Marie-Antoinette.

 

Beaucoup d'arguments s'opposent à cette hypothèse :

 

1/ L'enquête historique n'indique aucune manipulation de ce genre. Au contraire, à chaque étape de son odyssée, le coeur prélevé par Pelletan est reconnu officiellement et sous serment par de très nombreux témoins dignes de foi qui jurent le reconnaître.

 

2/ En imaginant une volonté de falsification, il aurait fallu que le faussaire du XIX e ou (moins probablement du XXe ) siècle, ait la prescience qu'une technique génétique, inventée vers 1980, permettrait de confondre les coeurs de deux frères. Et donc qu'il choisisse son coeur de remplacement en fonction de cette exigence imprévisible. On voit bien que c'est absurde.

 

3/ Il aurait fallu que le coeur du frère aîné de Louis XVII, Louis Joseph, soit disponible. Or, celui-ci a été profané en 1793 avec les autres coeurs royaux du Val de Grâce. Il réapparaît fugacement en 1817, entre les mains du maire du XIIe arrondissement de Paris (actuel Ve). Depuis nous ne savons pas ce qu'il est devenu. Mais il est fort improbable qu'il ait justement été récupéré par Pelletan ou ses héritiers, pour servir à une mystification dont on perçoit mal les finalités.

 

4/ Enfin et surtout, il aurait fallu que le coeur de Louis Joseph présente un aspect semblable à celui de Louis XVII, pour que la substitution passe inaperçue. Or, les coeurs princiers conservés au Val de Grâce (ou en d'autres églises d'ailleurs) étaient embaumés : c'est à dire ouverts, lavés, remplis d'aromates et enfermés dans des bandelettes ou des petits sacs de toile. On m'objectera qu'on ne possède pas le procès verbal d'embaumement de Louis Joseph, mais l'on sait que son corps a été autopsié puis exposé pendant 8 jours au château de Meudon (en plein mois de juin), ce qui sous-entend que la pratique habituelle de l'embaumement avait été mise en oeuvre. Au reste, ce petit prince aurait bien été le seul membre de la famille royale depuis 6 siècles au moins à recevoir des obsèques solennelles sans avoir été embaumé. Cependant, en admettant, par impossible, que son coeur ait été déposé tel quel dans sa boîte de plomb et de vermeil, il n'aurait pas tardé à s'y décomposer. En tout cas, il n'aurait pas pris (comme par miracle !) justement l'aspect du coeur prélevé par Pelletan, et lentement desséché par évaporation de l'alcool, dont on possède une description constante depuis au moins le milieu du XIXe siècle.

 

Tous ces éléments me permettent donc d'affirmer avec une quasi certitude que Louis XVII est bien mort au Temple en juin 1795.

 

Ce n'est pas du triomphalisme, comme écrit l'un des colistiers, mais l'affirmation sereine d'un raisonnement et d'un travail historique mené avec les méthodes les plus rigoureuses.

 

Quant aux insinuations d'un certain ** qui apparemment, ont conduit Mahoud à me demander d'intervenir ici, elles sont dans la droite ligne des méthodes utilisées par les "historiens" et les partisans de Naundorff et de ses descendants depuis 150 ans : insinuer, se batre sur des détails insignifiants pour perdre de vue l'essentiel, voire travestir la réalité.

 

Je répondrais donc aux affirmations diffamatoires de ** à mon égard, concernant l'émission de télévision "Chasseurs de gènes" (diffusée sur France 5 et dans des versions internationales un peu partout dans le monde) :

 

Lors de l'ouverture de l'urne de cristal, en décembre 1999, la spécialiste du Louvre, Mme Béatrice Beillard, a fait la remarque que la colle utilisée était récente, et donc que la fermeture hermétique de l'urne ne devait pas être ancienne. J'ai répondu alors qu'à ma connaissance, l'urne n'avait pas été déplacée depuis 15 ans (en fait je me suis trompé, c'était 25 ans que je voulais dire, c'est-à-dire depuis 1975, son arrivée à Saint-Denis). Cela étant, il n'est pas impossible que les services de la basilique aient décidé de coller les deux parties de l'urne depuis 1975. Mais cela ne signifie pas que quelqu'un ait alors substitué le coeur de Louis-Joseph (d'où viendrait-il d'ailleurs ?) au coeur originel.

 

Une telle affirmation de la part de ** est d'ailleurs diffamatoire, intentatoire à la réputation et à la simple honnêteté des services du musée de la basilique de Saint-Denis, comme à celles de M. le duc de Bauffremont, président du Mémorial de France, et à ses amis  qui affirment que  le coeur analysé en 2000 est bien le même qu'ils ont reçus des mains des princesses Massimo en 1975.

 

D'autre part, si l'on admet une telle "magouille", cela signifierait que le prince Louis Alphonse de Bourbon y serait mêlé , puisqu'il a personnellement proclamé les résultats de l'analyse et affirmé à la face des médias du monde entier qu'il n'y avait plus d'énigme Louis XVII.

 

Enfin, et c'est le pire pour moi, par ses lâches insinuations, ** laisse entendre que je serais complice de cette malversation.

 

...

 

Franchement, je ne désire pas prolonger inutilement cette discussion avec les survivantistes. Il n'y a pas de dialogue possible avec des gens qui refusent tout raisonnement logique.

 

J'ai vu que certains colistiers (comme Juin) renvoyaient à mon site "Louis XVII" : http://www.chez.com/louis17 . L'essentiel s'y trouve. J'ai vu également un lien vers un article paru dans le magazine légitimiste BOURBONS MAGAZINE. Je ne me souvenais plus de cet article, mais il résume bien ma pensée, ainsi que l'article sur le même sujet qu'on peut lire sur le site Internet du magazine HISTORIA.

 

Bien entendu, une lecture attentive de mon livre "Louis XVII la vérité" (ED. Pygmalion) serait utile pour connaître l'intégralité des éléments que j'avance.

 

Quoique je n'ai pas l'impression de pouvoir en dire beaucoup plus, je veux bien discuter avec les personnes de bonne foi, sur ce sujet ou sur d'autres (Je ne suis pas un mononamiaque de Louis XVII, heureusement !)

 

Merci à vous,

 

Philippe DELORME

 

 

Note du Lieutenant : pour consulter les arguments des survivantistes, l'on peut consulter les sites suivants : www.louis-xvii.com et www.museelouisxvii.com