" Français ! amis, compagnons d'infortune, oublions nos querelles, nos haines, nos erreurs pour sauver la patrie ; embrassons-nous sur les ruines de notre cher pays ; et qu'appelant à notre secours l'héritier de Henri IV et de Louis XIV, il vienne essuyer les pleurs de ses enfants, rendre le bonheur à sa famille, et jeter charitablement sur nos plaies le manteau de saint Louis, à moitié déchiré de nos propres mains. Songeons que tous les maux que nous éprouvons, la perte de nos biens, de nos armées, les malheurs de l'invasion, le massacre de nos enfants, le trouble et la décomposition de toute la France, la perte de nos libertés, sont l'ouvrage d'un seul homme, et que nous devrons tous les biens contraires à un seul homme. Faisons donc entendre de toutes parts le cri qui peut nous sauver, le cri que nos pères faisaient retentir dans le malheur comme dans la victoire, et qui sera pour nous le signal de la paix et du bonheur : Vive le Roi !"

 

Texte transmis par Arnaud Leglaive (VR) le 22-03-01, avec le commentaire suivant :

Ces lignes, peut-être les connaissez-vous déjà, ont été écrites au début de l'année 1814 par Chateaubriand dans son pamphlet De Buonaparte et des Bourbons. En les lisant hier soir, je fus frappé par leur incroyable jeunesse ! Même si le contexte a changé et que les malheurs énumérés font référence à Napoléon, ce texte pourrait être transposé mot pour mot aujourd'hui...Tout y est, la division des royalistes, la ruine de la France, l'agonie de notre armée, l'invasion islamique, l'avortement, l'Europe et la perte de nos libertés...Il ne manque que la crise de l'Eglise (et pour cause) ! Et pour Chateaubriand, comme pour nous, une même solution : Vive le Roi !