Personnel, collectif, universel

 

Message du Lieutenant  le 14 septembre 2001.

 

Pour changer de sujet et rehausser le niveau après Nostradamus et la géopolitique de café.

"Le niveau intellectuel d'une liste, c'est comme un pantalon, il convient de le rehausser régulièrement, surtout quand on prend du ventre" – Le Schtroumpf à Lunettes 1458-

Depuis quelques jours, je voulais transmettre à la liste ce petit texte de Jean Madiran tiré de "la vieillesse du Monde" -Nouvelles éditions latines 1966- p.232, voulant remettre le livre qui m'encombre, en un lieu qui nécessite une échelle de bibliothèque, je ne postpose plus l'envoi.

Il y a pas mal à retirer de ce petit texte en matière de choix de régime, en matière d'analyse d'évènements et d'informations, etc.

 

"La pensée est personnelle, même dans le travail en équipe, ou n'est pas. La décision est personnelle, fût-ce à une place intermédiaire et subordonnée dans une hiérarchie. La responsabilité est personnelle, de la même façon, ou n'existe plus. La vérité est universelle, conçue, cherchée et atteinte comme telle par chaque personne, ou il n'y a plus de vérité, plus de valeur, plus de droit, plus de morale. Le bien commun est le bien qui est commun aux personnes individuelles, ou il n'y a plus de bien commun. Ce n'est pas pour sauver des âmes collectives et des personnes morales que le Christ Notre-Seigneur est mort sur la Croix.

 

Contrairement aux apparences de toujours et aux conditionnements d'aujourd'hui, nous croyons que 1'effort intellectuel est ce qu'il y a, après et avec la sainteté, de plus pratique et éternellement de plus actuel. "Il n'est rien qui soit aussi souverainement, aussi immédiatement pratique que la doctrine" assurait Dom Delatte (1). L'esprit qui veut sauver ou conquérir sa liberté n'y parviendra que dans la voie qui mène à la connaissance personnelle des vérités universelles et des valeurs absolues. En vivre chaque jour, en porter le témoignage quotidien, ce sera 1'affaire, avec la grâce de Dieu, de la vertu de force. Car il faut aujourd'hui une énergie de fer pour résister, en pensée et en acte, aux pressions cléricales ou profanes qui, anonymes, collectives, irresponsables, écrasent les consciences et les colonisent.

 

(1) Retraite avec Dom Delatte, textes recueillis et présentés par un Moine de Solesmes, Marne 1961, p. 7.