Monarchie et royauté

 

La monarchie est un système de gouvernement où un seul commande. Rien de plus.

C'est donc bien le contraire d'une république dans laquelle le peuple, c'est-à-dire tous, c'est-à-dire personne commande. C'est la loi du plus fort contre les plus faibles, du plus riche contre les plus pauvres, de celui qui n'a pas de morale sur ceux qui en ont une… Volkoff dit dans le petit essai Du Roi  (1) (il me parait pertinent dans son argumentation et dans le fait que " partisan du tsar " il ne veut pas rentrer dans la querelle qui peut nous opposer si nous sommes royalistes) que la monarchie " présente des avantages et des inconvénients. Elle peut être héréditaire ou non, d'inspiration religieuse ou non. On l'attaque au nom de certains principes, on la défend au nom de certains choix. La monarchie est une idée politique comme une autre. La monarchie se discute. "

On voit dans cette définition que nous en sommes là, tous, Belges, Espagnols ou Français, légitimistes, orléanistes, bussetistes (ce n'est pas très beau, mille excuses) ou autres…

" La royauté, d'après Volkoff toujours, qui ne sert qu'entre autres à gouverner les hommes, n'est en aucune sorte un idée, mais une réalité inséparable de ses coordonnées historiques et géographiques. Elle plaît ou elle déplaît. Elle ne se discute pas plus qu'une montagne ou un météore. Au mieux elle se contemple. Ou si on a le tempérament jugeur, elle se juge. "

" La royauté est un ensemble organique d'institutions - dont l'une, la centrale, est monarchique -, de corps constitués, de traditions, de lois écrites et non écrites, et surtout de personnes humaines groupées dans un certain ordre. "

Il s'ensuit que la monarchie peut s'instaurer du jour au lendemain, par le moyen d'un référendum ou d'un coup d'état, tandis que la royauté suppose un mûrissement plutôt qu'une victoire, un consensus plutôt qu'un plébiscite. "

Il peut donc y avoir des monarques qui ne sont pas rois (ce peut être des dictateurs, un parti, un Régent) et des rois qui ne sont pas monarques dans la mesure où ils ne commandent pas (la plupart des monarchies européennes actuelles)

La monarchie peut tendre à l'absolu (à la parfaite indépendance).

" La royauté peut avoir un dosage plus ou moins fort de monarchie : Louis XIV fut monarque plus que Saint Louis, mais il ne fut pas plus roi.

On voit par ces quelques remarques que chacun d'entre nous pourrait être monarchiste sans être royaliste ou le contraire.

Texte de Gérard de Villèle (VR) 13-12-2000.

 (1) Les passages entre guillemets sont tirés de : Vladimir Volkoff, Du Roi aux éditions Julliard/L'Age d'Homme; 1987. 88 pages. 50 F de l'époque.