NOUVELLE DROITE

 

Avez-vous déjà lu cette inénarrable revue Éléments ???

J'en ai un exemplaire en permanence sous les yeux pour ne pas en oublier le coté intellectualiste véreux et illisible, qui plus est totalement anti-catholique et profondément païen de cette revue de la NOUVELLE DROITE d'Alain de BENOIST, le ponte du paganisme le plus éculé.

Cette revue est une abomination de la vraie RÉVOLUTION, de SATAN en personne. Ce n'est pas parce qu'elle se dit de Droite qu'elle l'est !

Il y a une vingtaine d'années (et plus probablement, tellement le temps passe vite...), au début de l'arrivée de GRECE/Nouvelle École sur la place publique, avec Louis Pauwels et Alain de Benoist, cette "Nouvelle Droite" a fait l'objet d'une véritable critique, très sévère et entièrement justifiée, par nos amis de la Rue des Renaudes, à cause de son paganisme et de son anti-catholicisme virulent.

Ces gens ne peuvent pas être de notre bord. Ils sont des ennemis, et je trouve complètement incompréhensible que des catholiques traditionalistes et des royalistes osent se mélanger à ces païens notoires, dont il font la publicité et soutiennent, de fait, une bien mauvaise cause.

A bon entendeur.

Xavier. (28 mai 2003).

 

Dans la situation où nous sommes, un païen blanc   vaut mieux qu'un catholique pas blanc (dit de manière générale, il y a sans doute des exceptions individuelles, mais elles sont, justement, individuelles).

Il faut savoir où est l'ennemi : la France n'est pas, mais alors vraiment pas je vous rassure chez Xavier, menacée par l'invasion et la multiplication des païens. Vous pouvez dormir tranquille, le péril n'est pas là, il ne se construit aucun - je dis bien aucun car je le sais de source sûre – temple de Thor ou d'Odin dans les banlieues. Le dernier sacrifice public d'un taureau en France doit dater de plus de mille ans.

Et puis il serait peut-être temps de reconnaître que l'interdiction d'un paganisme qui était, à la fin de l'antiquité, très proche du christianisme hellénisé été une ânerie épouvantable : peut-être, obscurément, le catholicisme paye-t-il l'exil de Damascius par des prêtres incultes et obscurantistes qui devaient alors ressembler un peu à ce que sont aujourd'hui les frères musulmans. (Et aussi la contre-réforme qui était aussi dirigée contre le catholicisme lumineux du quattrocento, mais c'est une autre histoire et un peu plus compliquée il est vrai.)

Le Schtroumpf du Roi (28 mai 2003).

 

Ne pensez-vous pas que les excès hallucinatoires verbaux de ces personnages aux origines et au niveau de philosophie tout à fait discutables ne sont pas de natures à faciliter le rôle de l'ennemi en nous empêchant de manœuvrer ! L'Église n'est ni raciste, ni occidentale : L’occident a grandi à l'ombre de l'Église puis a prétendu s'en affranchir. Il n'est que deux étendards ! Le christ et Satan ; et nul ne peut servir deux maîtres. Prétendre que l'on peu avoir la prospérité (même relative) sur terre sans le respect des lois de l'Église, c'est tromper le peuple ! C'est aussi l'éloigner de la Tradition Catholique Française ! Je pense que la réalité réside dans la recherche du pouvoir sans mettre en avant sa Foi...

Honte à ceux qui rougissent du Christ !

Le saint (28 mai 2003).

 

Malheureusement la civilisation de l'argent qui marche si bien pour certains prouve le contraire! Quant à souligner que cela conduise à agir de façon contraire aux préceptes de la religion, c'est un fait, mais qui s'en soucie aujourd'hui! Je crois que le débat n'est pas là. C'est un problème éthique. Il ne sert de rien de rien de jeter l'anathème sur une certaine droite païenne qui reste toujours plus proche de nous que les catholiques de gauche qui se font du catholicisme une parodie de marxisme (théologie de la libération des jésuites américains, etc..)

C.T. (28 mai 2003).

 

Cela me rappelle (pardon) cette petite vérole de sacristie ornée d'un sacré coeur qui le premier mai m'a dit à propos des autocollants "expulsez les tous" : "Moi je ne suis pas d'accord, il faut les convertir parce qu'un arabe catholique ça ne me dérange pas." Eh bien moi ça me dérange. Je ne veux pas vivre au sein d'un environnement majoritairement constitué d' arabes ou des noirs, fussent-ils catholiques. Je suis catholique, c'est entendu, mais cela ne suffit pas à me définir, je ne suis pas que catholique, et je refuse que l'on m'enferme là dedans avec d'autres personnes qui n'ont que cela à voir avec moi et que par ailleurs je déteste cordialement. Ils ne sont pas mes "prochains", mais mes "lointains", justement. J'avoue une certaine lassitude de ces catholiques qui ne sont que catholiques, pour qui le monde se réduit d'autant plus à leur catholicisme qu'ils refusent toute autonomie d'un domaine profane quelconque et exigent que leur religion contamine tout ce qu'elle peut du champ social et même individuel (et par là va nécessairement s'abâtardissant en tant que religion). En cherchant bien ça doit même être assez proche d'une hérésie ornée d'un nom rigolo. Et ils exigent en général aussi que leur religion contamine le champ politique dans son ensemble, avec les brillants résultats que l'on voit aujourd'hui se développer autour de nous. Car cette société abjecte, d'où est-elle sortie sinon - au moins en partie - de ce catholicisme-là et des réactions - au sens propre du mot - qu'il a suscitées ? Et quels résultats brillants voit-on à ces chrétiens qui prétendent régenter le domaine politique avec leurs principes religieux qui ne sont pas faits pour cela ?

Et ce ne sont pas les prêtres d'Isis ou de Cybèle qui ouvrent leurs temples inexistants aux sans-papiers, mais bien les bons catholiques, qui suivent l'enseignement réaffirmé de Rome, de Jean Paul II et de quasi-toute la succession apostolique sur la "pastorale des migrants". (Parenthèse : ne verra-t-on pas bientôt un pape pour dire que quand il entend le mot "pastoral" il sort son revolver ? ce serait pourtant une bonne, baroque et amusante manière de régler beaucoup des problèmes de l'Eglise).

L'aspiration excessive à l'universel qui aujourd'hui voudrait nous faire un devoir d'accepter en son sein ce que va contre cet universel même - musulmaneries et autres sous-cultures déclarées égales à la nôtre au nom du droit des peuples à être cons, obscurantistes et à crever de faim – elle sort d'un christianisme dévoyé, excessif, systématisé à outrance dans un but apologétique qui perd de vue l'essentiel de ce qu'il prétend défendre. Et ce mal là ne date pas de 1789 mais de bien avant...

Le Schtroumpf du Roi (28 mai 2003)

 

Reste aussi que nous sommes là dans un cadre assez hypothétique. Il ne me semble pas que nous allions vers la conversion glorieuse de l'humanité à la vraie foi... A moins de compter les musulmans irako-palestos qui sont à 90 % chrétiens comme chacun sait.Il faut dire aussi une chose : la conversion est toujours double. Le converti convertit (presque) autant qu'il est converti. Or, si l'Eglise eut beaucoup à gagner à convertir Rome et Athènes à Jérusalem et à convertir Israël* à l'Empire (ces deux conversions n'étant évidemment pas à placer sur le même plan)**, je ne pense pas que ce soit une grande chance pour l'Eglise de convertir n'importe qui au n'importe quoi humanitaire actuel (qui voile l'Eglise sans, bien sûr, toucher à l'Esprit qui est en elle) et, par là même, de se convertir elle-même au tiers-monde.Certes, il y a plusieurs demeures dans la maison du Père et je n'ai en aucun cas la prétention de juger de la catholicité de qui que ce soit. Par contre, d'un point de vue strictement pratique et pragmatique, je pense qu'il faut rompre avec la niaiserie d'une Eglise rose bonbon pour qui tout homme est bon a priori.

Les fidèles de l'Eglise ont besoin de trois choses, selon moi :

   1) relire l'AT pour rappeler la violence de Dieu :

   2) relire le NT pour se rappeler que notre foi n'est pas morale ;

   3) penser au péché originel pour se rappeler ce qu'il est (et ce que son prochain est) et l'assumer pleinement.

Paul le Hérisson (28 mai 2003).

* Je précise, pour éviter les problèmes : j'emploie ici le terme "Israël" au sens du peuple élu comme projet de Dieu, c'est-à-dire l'Israël selon l'Esprit et non pas seulement l'Israël selon la chair.

** Je pense aussi à ce qu'elle a perdu dans la querelle des rites chinois...

 

Les fidèles de l'Eglise ont besoin de trois choses, selon moi :

   1) relire l'AT pour rappeler la violence de Dieu :

   2) relire le NT pour se rappeler que notre foi n'est pas morale ;

   3) penser au péché originel pour se rappeler ce qu'il est (et ce que son prochain est) et l'assumer pleinement.

4) pousser Tsahal à bombarder La Mecque dans un grand éclair blanc qui rende l'endroit impropre à tout pèlerinage pendant quelques siècles. Aussi.

N'oublions pas. C'est important.

Le Schtroumpf du Roi (28 mai 2003).

 

Ce serait la cerise sur le gâteau... (enfin, ce serait plutôt une grosse poire sur le loukoum)

Paul le Hérisson (28 mai 2003).