Roi des Belges  Texte de PAUL Turbier du 28-07-01.

 

 

     Le Stroumpf du Roi m'a prêté un petit livre (1) qui vient du Lieutenant (c'est écrit sur la page intérieure) et qui est consacré au fonctionnement de la royauté Belge. C'est clair et bien structuré et voici ce que j'en ai retiré.


    Le Roi des Belges a un rôle constitutionnel non nul mais néanmoins modeste. Il est soumis à une censure gouvernementale permanente, censure qui s'exerce non seulement sur ce qu'il dit et qu'il écrit mais aussi sur ses déplacement et ses contacts. Le pauvre homme.


    Mais cependant il ne s'en sort pas si mal que cela, et c'est sa personnalité et son sens du contact qui le lui permettent. Il voit régulièrement les ministres en aparté, il use d'une arme constitutionnelle d'efficacité incontestable qui fait de lui, et lui seul, le garant de l'unité du Royaume et de sa pérennité. Les crises ministérielles et les élections lui fournissent l'occasion de faire savoir son sentiment même si le jeu politique l'oblige à des choix qui n'en sont pas vraiment. Ses avis toujours donnés dans des perspectives à long terme et dans la liberté que lui donne son éloignement de l'arène électorale sont hors de la portée d'aucun membre du gouvernement. C'est la raison pour laquelle ils ne sont jamais méprisés à défaut d'être suivis..


    Mais surtout, il saute par dessus les obstacles comme ferait un gamin à saute mouton , en soignant le contact direct qu'il peut avoir avec le peuple et les occasions ne manquent pas ne seraient-ce que les innombrables inaugurations ou parrainages auxquels il participe. La Reine de son côté n'est pas en reste. Le livre a été écrit sous le règne de Baudouin qui fut semble t-il très aimé de son peuple mais je ne sais pas si l'actuel souverain jouit d'une aussi bonne popularité. N'étant l'homme d'aucun parti mais l'arbitre de tous, il réalise aisément le rêve inaccessible de tout candidat à un mandat électif : il "ratisse large", très large. Dans un pays bilingue, ce n'est pas chose aisée.


    Je sors de cette lecture conforté par une idée qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps. Le Roi n'est possible que dans une relation directe d'estime réciproque avec son peuple, relation qui confine à la complicité et qui met hors jeu toute la politicaillerie partisane quelle qu'elle soit. Estime est un mot un peu faible, c'est d'amour qu'il s'agit. Et la première tâche d'un futur Roi est donc claire : il lui faut séduire.


Que Dieu nous en garde un. Paul Turbier

 

(1) Note du Lieutenant : ce petit livre qui décrit à son avis fort bien le fonctionnement d'une royauté constitutionnelle est celui de  Molitor  "La fonction royale en Belgique" Editeur : CRISP