SINISTROSE

Message du Schtroumpf du Roi du 17 septembre 2001 "Scénario pas gai"

Vendredi 21 septembre 2001 :

 12 h00 - Les Talibans, acculés, ne voient de salut que dans l’attaque et l’expansion ; ils font passer leurs troupes à la frontière pakistanaise pendant que les prêcheurs lancent la foule pakistanaise à l’assaut des symboles du pouvoir militaire.

 18h00 – Le général Musharaf et son gouvernement sont expédiés en exil aux Etats-Unis par avion, Mollah Omar déclare la constitution du sultanat taliban uni d’Afghanistan, Pakistan, Jammu et Cachemire. Les Etats-Unis n’ont rien pu faire devant le basculement de tout le pays orchestré par les mollahs, sinon sauver le drapeau de leur ambassade à  Islamabad, les deux marine’s de faction devant l’ambassade ont été éviscérés et ces images ont fait le tour du monde. Saddam Hussein déclare que des pourparlers sont en cours pour faire intégrer le sultanat à l’Irak. Les Etats-Unis bombardent Kaboul en représailles.

 23h00 : premiers incidents entre les troupes du sultanat et les gardes-frontières indiens. Mollah Omar déclare que s’il faut utiliser l’arme nucléaire pour protéger les croyants, il le fera, « quel que soit l’ennemi ».

 

Samedi 22 septembre 2001 :

 10h00-12h00 - Série d’attentats dans le sud de l’Inde : les séparatistes tamouls ont fait alliance avec les talibans. Agitation sikh au Pendjab, l'armée Indienne, nerveuse, fait 3000 mots en deux heures à Amritsar.

 12h00 – Réunion de l’Etat-Major et du gouvernement indien, qui prend la décision de bombarder préventivement la base militaire de Jelhum, au sud d’Islamabad, où le Pakistan gardait ses bombardiers nucléaires.

 13h00 – Signes de guerre civile en Algérie, un attentat des Frères Musulmans sortis de leur torpeur tue le président Moubarak en Egypte. Agitation en Arabie Saoudite, contenue avec l’aide des troupes américaines. Le ministre de l’information taliban appelle à libérer les lieux saints du pouvoir impie du prince Abdallah qui ne tient plus que grâce à l’aide des mangeurs de cochon. Le prix du pétrole double en trois quarts d'heure sur tous les marchés mondiaux.

 17h00 – Attentats musulmans à Moscou, Saint-Petersbourg et Volgograd. La foule moscovite lynche tous les tchétchènes qu’elle peut trouver.

 

Dimanche 23 septembre 2001 :

 08h00 - La Chine menace les Etats-Unis de représailles si les Etats-Unis portent une assistance quelconque au gouvernement indien.

 10h00 – Enième réunion du conseil de sécurité des nations unies qui adopte trois nouvelles résolutions.

 11h00 – Le cardinal Etchegaray appelle au nom du Saint-Père au pardon et à l’amour fraternel au nom de l’antiracisme absolu et obligatoire.

 19h00 – Le Saint Esprit répond au cardinal : un avion détourné s’écrase sur la basilique Saint-Pierre. En France et en Angleterre les émeutes raciales se multiplient. Dans toute l’Indonésie les musulmans tuent du chinois et du chrétien.

 22h00 – A la télévision en France, Monsieur Bernard-Henri Lévy déclare :  « je ne comprend pas tant de haine. »

 23h00 – Toujours en France, Bernard-Henri Lévy est tué par l’explosion de sa voiture sous l’impact d’une munition anti-char alors qu’il passait près de Trappes pour se rendre à Montfort l’Amaury chez François Pinault.

 

Lundi 24 septembre 2001 :

 06h00 - La Chine déclare qu’elle ne se soustraira pas à son rôle civilisateur et qu’elle ne peut rester sans réagir devant les exactions commises en Asie du Sud-Est : dès la nuit, elle a lancé sa marine et son aviation vers le sud et vers Formose, considérant que la Mère Patrie doit faire preuve de son indéfectible unité dans les graves circonstances présentes. Protestation de l’ambassadeur américain, qui se voit répondre que tout mouvement de troupes américaines dans la région sera considéré par Pékin comme une agression et entraînera des représailles nucléaires sur la côte pacifique. Manifestations pacifistes à Seattle, à Miami et à Los Angeles.

 11h00 – Israël annonce avoir été contraint d’utiliser des munitions chimiques pour assurer sa survie. Ariel Sharon rappelle devant la Knesset la phrase de Golda Meir : « désormais les juifs préféreront les reproches aux condoléances ». Gaza, plus grande prison du monde, est devenu le plus grand cimetière du monde, des étendues de cadavres innombrables séparent Israël du monde arabe.

 12h00 – Après un flottement du à la lenteur de leur mise en œuvre, les troupes de l’Union Indienne reprennent le dessus et enfoncent les lignes du sultanat, moins bien formées, équipées et aguerries.  Les mosquées brûlent dans toute l’Inde. Au sud, deux divisions spéciales de l’armée indienne entreprennent le génocide des tamouls sur le continent en attendant de passer à Ceylan.

 16h30 – Explosion nucléaire à Bombay. Le sultanat demande un armistice avec l’Inde et menace de bombarder Delhi et Calcutta grâce au sous-marin acheté à la Chine en 1999 et sur lequel le Pakistan avait adapté des missiles nucléaires peu précis, mais en état de marche.

 17h00 – Septième réunion extraordinaire en trois jours des ministres de la défense de l’Union Européenne, qui adoptent une motion vaguissime condamnant le recours à la force pour régler les problèmes du monde. Violentes émeutes en région parisienne. Le pc stratégique de Taverny doit être libéré par deux régiments de Légion des milices islamiques qui avaient entrepris de l’assiéger.

 18h00 – Islamabad et Karachi sont rayées des cartes par des bombardements nucléaires indiens pendant que toute la région frontalière est noyée sous les gaz de combat par les deux camps. Le flanc sud-islamique de la Russie s’embrase en même temps que la Turquie, qui déclare qu’elle ne pourra honorer ses engagements pris dans le cadre de l’Otan. Le cheick d'Al Azar appelle tous les musulmans du monde à la guerre sainte pour détruire l'occident.

 19h00 – La Chine annonce que Kuala-Lumpur est sous son contrôle, qu’elle est sur les détroits et qu’elle considère essentiel à se sécurité de les fermer.

 20h00 – Réunion des caciques du PLD et des hauts-fonctionnaires du MITI dans le bunker sous le palais impérial de Tokyo. Le Japon demande l’assistance des Etats-Unis devant l’étranglement économique que représente la fermeture des détroits et la menace des troupes chinoises qui ont pénétré en Corée. Les Etats-Unis, débordés, ne peuvent pas : toutes leurs troupes sont engagées au Proche-Orient pour empêcher le constitution d’un sultanat uni de l’Islam qui irait de l’Indus au Maroc et des Balkans à l’Afrique noire.

 22h00 – Le Japon ordonne d’assembler sur les lanceurs les charges de plutonium qu’il garde en réserve et de les embarquer sur les sous-marins des forces d’auto-défense.

 (Suite : à vous de l’imaginer. En gros ça donne : fin de la domination occidentale sur le reste du monde. C’est les anti-atlantistes qui vont être contents…)

 

Message du Schtroumpf du Roi du 17-09-2001 " Une église brûlée dans l'enclave espagnole de Ceuta".

A fire attack took place on a catholic church in the Spanish town of Melilla, perpetrated by muslims.

Ceuta and Melilla are two Spanish towns in Northen Africa, bordering with Morocco.  The proximity of both cities to Morocco and the long distance that separates them from mainland Spain, together with the relaxed laws on immigration, have lead to a large growth of the Moorish population in these two cities over the last decades.

Most shocking is the fact that these news appeared on a well known nationwide newspaper, but as a small article not easy to spot at first glance.  Even before this attack took place, Spanish police was put to guard and protect mosques and islamic centers as a just-in-case measure.

Moorish (moors is the name by which Moroccans, Algerians, Mauritanians, Lybians, ... have been know in Spain ever since the Middle Ages) immigrants in Spain are usually thought of being vicious people, heavily involved as an ethnic group in rapes and other criminal activities (among which is the kidnapping of their own people when they first arrive to Spain and holding them for ransom from their families back in Morocco).

In the recent years since the moorish immigration started, there have been many cases of an entire town/village mobbing against them, always after some Spaniard has been killed, knifed, or raped by one of them. The feeling is strong.  We kicked you out of Spain once and we will do it again.  You can bet your asses we´ll do!

p.s.  just in case anyone thinks that the towns of Ceuta and Melilla are a case of Spanish colonialism, they never belonged to Morocco as a nation, and they were part of the Roman Hispania long before the moors arrived to Northern Africa.

--

Le schtroumpf du Roi

 

Message de Paul Turbier du 17-09-2001 "Sinistrose".

 

J'ai beaucoup d'affection pour le SdRoi, et intuitivement, j'ai, dès notre première rencontre, décidé de lui proposer mon amitié. Je n'en suis que plus à l'aise pour lui dire que je ne comprend pas le pessimisme qui ruisselle de deux de ses derniers messages. A votre âge, SdR, est-ce bien raisonnable ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . .

    Louis PAUWELS avait inventé le mot sinistrose. Il aurait pu inventer dans la foulée un nouvel adage pour remplacer un ancien qui était : "diviser pour règner". Le nouveau est " effrayer pour régner".

    Toute notre vie journalière est dominée, sous prétexte de sécurité, par des nouvelles alarmistes. France 3 s'est fait la spécialité (Radio Pleurniche) de les répandre et je n'écoute pas ce que dit France 3.. Une façon facile et efficace de générer de la sinistrose est de dénigrer ses propre forces et d'exalter les vertus de l'adversaire.  Ah! chez les autres, qu'est-ce que c'est bien ! Ah! chez nous, qu'est-ce que c'est moche ! Le char AMX est dépassé, les mirages n'ont pas de kérosène, les troupes sont démoralisées. Le bifteck est prionné, le lait est dévitalisé, je ne vous dis pas l'état des avions d'Air-France. Si vraies que soient ces amères constatations (car objectivement, elles ne sont pas fausses), il n'est pas bon de se les rabâcher. On s'auto-intoxique.

Les socialistes jouent admirablement de cette musique-là pour terrer frileusement les gens chez eux et inhiber leurs réflexes de défense et de survie. Ils n'ont pas besoin d'aide, même involontaire et indirecte. Quant aux écolos, tout le monde sait qu'ils trouvent là leur fond de commerce. Il vendent de la peur.

   Le risque zéro n'existe pas, ni à La Hague ni ailleurs, C'est la vie et c'est la gloire des hommes, les vrais, que de dominer le risque.  Il est sûr que toutes les roses ont des épines et qu'il y a du poison dans les bons remèdes. Mais quelle suave odeur dans la fleur et quelle efficacité dans la médecine.  Or, on peut renverser la tendance sans trop de difficultés et trouver derrière le côté face des défauts, le côté pile des qualités. Peut-être il y aurait-il intérêt pour la cause, d'y travailler.

    Un exemple :

    Dans les évènements dramatiques de ces jours derniers, les commentateurs n'ont pas manqué d'opposer l'efficacité du réseau souterrain des islamistes, à la défaillance des technologies sophistiquées d'écoute hertzienne. N'ont-ils pas dis et redis que le faible est devenu le fort et que le colosse à des pieds d'argile. Mais auraient-ils pu remarquer, en contrepoids, que les techniques frustes des partisans, leurs méthodes de communications si discrètes, leur organisation cloisonnée recelaient, elles aussi des faiblesses. La principale est leur vulnérabilité à l'infiltration.(*) C'est leur talon d'Achille, leur feuille de Siegfried même si, conscients du risque, ils prévoient des parades. Or, personne n'en parle.

     Les royalistes devraient relever l'étendard et dire  : "N'ayez pas peur!" même si cette inspirée parole fut dite par un pape que tous n'aiment pas. Constater que les valeurs que défend le royalisme sont auto-protectrices contre des risques qui ne menacent, tout bien pesé, que les sociétés multiformes et marchandes n'est pas singer Pangloss. C'est énoncer une vérité. Disons-la.

 

    Que Dieu nous aide à relever la tête. Paul T.

 

 

(*)   Quitte à me risquer dans le domaine de la nouvelle-fiction, j'imagine un détournement du réseau incriminé, par un-qui-voulait-nuire-aux-USA. Doit-il jubiler aujourd'hui de voir que Ben Machin à mis à grand frais un réseau en place, qu'il a financé la formation des principaux agents mais que lui, l'inflitrateur, a placé au bon moment et au bon endroit un ou deux hommes à lui et qu'il a téléguidé une opération pour laquelle l'autre porte un chapeau mexicain large comme la place de la Concorde.

 

Le tragique de la suite m'interdit d'en rire. P.T