Une monarchie "capétienne"

Message d’Annelysdefrance, 30 juillet 2004.

 

Un correspondant écrit sur un autre forum :     

<<<Bravo d'autre part à G.... pour son "jus" sur le Roi. J'ai aussi envie de crier vive le Roi mais quelque chose me retient ; est-on assuré d'avoir un homme de caractère avec un roi ? Ils sont après tout comme les autres hommes et entourés de courtisans à l'identique ; leur progéniture, à moins de cloner une personnalité exceptionnelle, même de sang royal, ne nous garantit pas l'excellence dans la conduite des affaires. Alors ?>>> 

Et je réponds : 

Bien sûr, les rois sont comme les autres hommes, avec les mêmes tendances (le même péché originel, dirais-je, moi qui suis chrétienne) que nous autres.    

Ils ont pourtant, sur l'homme politique "lambda" (je ne parle pas des pires) un certain nombre d'avantages :    

- ils ont (je parle des Fils de France, pas des enfants dégénérés des chefs d'état sans pouvoir dans les républiques couronnées) une éducation chrétienne qui leur donne un sens strict de leur devoir ;  

- ils sont élevés, dès la petite enfance, avec le sens de l'État, des devoirs d'un souverain envers son peuple ;   

- ils ont dès la prime jeunesse une éducation politique tournée vers l'intérêt supérieur du royaume, alors que, qu'ils le veuillent ou non, les hommes politiques des républiques ne commencent en général leur éducation politique que vers l'âge de la majorité, ou plus tard, la commencent par une activité de "porteurs d'eau" au service des ambitions des hommes politiques en place ou ambitionnant ces places, et la continuent par une quête effrénée des suffrages (et de l'argent nécessaire à les obtenir) ;

- ils  disposent des biens de ce monde (dans une mesure raisonnable) sans avoir besoin de les acquérir par des manipulations et corruptions diverses ;          

- ils ne sont pas obligés dès leur arrivée au pouvoir de satisfaire les ambitions et cupidités de ceux qui les ont y portés (puisqu'ils ne doivent ce pouvoir à aucune personne) ni par la suite de céder sur le bien public pour se faire réélire ;    

- en revanche, sachant que leur fils (ou un proche parent) héritera du royaume et de ses responsabilités, ils ont en général à coeur de le leur transmettre au moins en aussi bon état qu'ils l'ont reçu (ce qui n'est pas, vous en conviendrez, le souci principal de la plupart des hommes politiques).  

Bien entendu, celui qui instaurerait une royauté en France aujourd'hui ne bénéficierait pas de tous ces avantages : il aurait sans doute des partisans à récompenser et il devrait assurer le maintien de sa dynastie sur le trône. C'est pourquoi il serait souhaitable qu'il soit supérieur aux hommes politiques ordinaires par le caractère, l'éducation, la formation politique et le désintéressement ...     

En revanche, au bout d'une ou deux générations, il ne serait vraiment pas nécessaire qu'il possède des vertus naturelles supérieures à celles du commun des mortels, car il aurait déjà toutes les supériorités, tous les avantages que je signale plus haut et que n'a pas le commun des hommes politiques. Il serait donc inutile de cloner le premier de la dynastie, qui, lui, aurait besoin d'être personnellement supérieur.        

C'est ce qui explique que la monarchie capétienne ait résisté à de nombreuses minorités, à des rois moins intelligents ou moins capables que d'autres, à un roi fou, à diverses révoltes populaires, etc...         

Et c'est pourquoi je souhaite l'instauration en France d'une monarchie "capétienne" (que le roi soit ou non issu des Capétiens).           

Le G. auquel il était répondu répond lui-même :          

<<<Un roi, aussi imparfait soit-il, s'entoure de ministres éjectables alors que la pérennité est royale. Son idéal est pérenne. On parlait du "Testament de Richelieu", pour construire et fortifier la France avec une politique.    

Cela va nettement au-delà de la vie du dictateur, le pouvoir passe de génération en génération alors que les hommes trépassent. Il y a une transmission d'un pays, d'un pouvoir en héritage devant Dieu.     

Car le roi doit son pouvoir à Dieu et rend compte à Dieu.>>>

Ce à quoi je souscris entièrement.       


Très amicalement        

Anne