Le Voyage à Versailles

LE ROI SIMPLEMENT

Recit de voyage de Paul T. (VR) du 08-05-2002.

 

Notre amis californien Luc (Lucoma pour les VRgiens) était à Paris pour quelques jours à l'occasion d'une célébration familiale et nous nous sommes rencontrés pour déjeuner ensemble à Versailles.

    Versailles, "unique objet du ressentiment" de beaucoup de conjurés avait, aujourd'hui sous le radieux soleil de Mai bien du charme, du moins autour des Halles où nous avons déniché un terrasse accueillante sous l'ombre de laquelle la carafe perlée d'un Muscadet frais agaçait bigrement les narines.

    Les abords de la gare des Chantiers et le hall de ladite gare, lieu de notre rendez-vous, avaient un abord bien différent, surtout à cause du peuplement. C'est fou ce que le château de Louis XIV peut attirer d'africains cette année à Versailles. Des pleines wagonnées, mais dommage qu'ils soient un peu déphasés au point de vue vestimentaire car, casquette de rappeur, pantalon trop long et baskets délacées, ne font pas vraiment grand siècle. Bah! Il ne faut pas être trop exigeant si on veut être (c'est le Président qui le dit) la France généreuse. Il y a des moments où, Dieu me pardonne, je ne vois pas la générosité sous cette forme-là.

    Au long des allées du Hameau de Trianon, Luc m'explique sa vision du Royalisme. Il ne comprend pas pourquoi on s'embête, ici comme ailleurs, à élire tout les cinq ans un président de la république et des députés tous plus incompétents, véreux et démagogues les uns que les autres, alors qu'un Roi, une fois pour toute, assurerait beaucoup mieux qu'eux, par vocation et formation, la conduite d'affaires qui nous dépassent. Il serait très heureux (Luc, pas le Roi) de vaquer aux siennes sereinement pour traverser notre vallée de larmes aussi bien que possible. Il admet que le Roi, parce qu'il est un homme, donc imparfait, aurait bien quelques petits défauts mais il est convaincu, que tout comptes fait, le bilan serait tout à fait positif.

    C'est simple, n'est-ce pas.

Paul T.