Le 11 septembre 2001,

à propos de bruits, de rumeurs et de propagande

Messages du  Lieutenant, suite à différents commentaires relatifs aux attentats sur les tours du WTC à New-York

 

Considérations sur les américains

 

Message du 13-09-2001 :

 

Je confesse, ayant certains contacts avec les USA, de le famille sur place, que je ne crois pas à la possibilité d'un tel machiavélisme chez les américains. Cette impression a encore été renforcée par un voyage de trois semaines d'une côte à l'autre des Etats Unis il y a un peu plus d'un an, j'ai eu l'occasion d'y rencontrer des dizaines de responsables dans le domaine du gaz et de l'électricité, régulateurs, industriels, pouvoirs communaux, universitaires, associations de citoyens.

 

Eh bien, contrairement à nos pays européens, les States sont encore une vraie démocratie et une nation, une patrie perçue comme telle par les américains. On y rencontre encore un grand nombre de personnes dévouées à leur pays, fournissant bénévolement un soutien à celui-ci, comme réservistes pour l'armée, ou participant à des services d'accueil de visiteurs étrangers invités par le département d'état (c'était mon cas, par exemple). Ce qui est frappant pour un européen qui généralement ne croit plus guère aux institutions de son pays, c'est la confiance des américains dans les leurs et la conviction profonde, qui se traduit dans une attitude active, que l'état c'est eux, citoyens américains, qui ont le pouvoir de décision et d'influence sur leurs institutions et qui en fin de compte font tourner leur pays, "mon pays c'est moi". On ne retrouve pas là bas une situation où "démocratie " signifie seulement que périodiquement le peuple peut voter pour des représentants désignés sur des listes par leurs pairs et ensuite

n'ont plus qu'à subir l'appareil.

 

L'appareil en tant que tel est d'ailleurs plus squelettique que chez nous, toutes proportions gardées, une part bien plus importante des services (inclus pompiers, armée et autres) sont constitués pour une large part de bénévoles ou volontaires, et qui sont opérationnels car ils consentent une part importante de leur temps libre à l'entraînement. Sait-on que l'armée américaine engagée dans la guerre du Golfe était en majorité, même pour l'aviation, servie par des réservistes.

 

Un autre élément frappant est la participation active de la population en cas de désordre ou de délit où des particuliers n'hésitent pas à bloquer avec leur véhicule des voitures poursuivie par la police, ou à se jeter à plusieurs, en rue, sur un délinquant, on ne voit plus cela chez nous. L'attitude en matière de sécurité ou de contrôle d'immigration est bien plus stricte aussi que chez nous et les citoyens ordinaires se sentent impliqués. Le cinéma montre non la réalité américaine, mais les craintes ou les fantasmes d'un peuple qui ne connaît pas cela dans la réalité. La circulation automobile par exemple est très paisible et non agressive, les poursuites et carambolages des films USA sont l'expression de ce que les américains ne rencontrent effectivement pas chez eux et qui frappe particulièrement leur imagination de ce fait. L'Amérique a des problèmes, bien sûr, dans les grandes villes particulièrement, mais la sécurité en bilan général, me semble devenue moins bonne chez nous que là bas de nos jours.

 

En matière d'immigration par exemple, en l'absence d'aide aux immigrés, ceux qui viennent sont animés de la volonté de se faire une nouvelle vie à la sueur de leur front et non de se payer une retraite dorée aux frais du contribuable.

 

Et je n'ai pas été guidé dans ce que j'ai vu, contrairement à ce que j'ai vécu par ailleurs en URSS dans le temps, à part l'une ou l'autre obligation protocolaire, j'ai fixé moi-même mon programme, rencontré qui je voulais, circulé localement en voiture de location et pu visiter grands centres comme régions les plus pauvres.

 

En résumé, croyant (souvent protestant), plein de bonne volonté, soucieux de servir le bien contre le mal (pas de servir les bons contre les mauvais, ce n'est pas la même chose et cela c'était typique de l'URSS) l'américain a parfois trop tendance, en l'absence de connaissance du monde hors USA à se croire chargé d'une mission d'archange Michel sauvant le monde. Et l'enfer est pavé de bonnes intentions, je le concède facilement. A l'intérieur, considérant siennes ses institutions, il estime normal d'avoir une possibilité de contrôle et d'information sur ces institutions, cela est valable pour la CIA aussi et est probablement une des causes de sa relative inefficacité, revers de la médaille.

 

Les américains sont un pays allié, allié ne veut pas dire associé, les intérêts et les politiques peuvent diverger, l'Otan a été indispensable pour notre sécurité pendant des années (c'est un fait plus facilement perçu dans un petit pays comme la Belgique, que dans un grand pays comme la France, j'en conviens), et nous fournit encore aujourd'hui des aides logistiques et tactiques dont nous ne disposerions pas autrement. Si nous sommes trop dépendant des américains au sein de l'OTAN, c'est à nous même que nous devons nous en prendre, assumons nous même nos besoins et nous serons plus à égalité avec eux. Ne nous trompons pas d'ennemi et donnons nous plutôt les moyens de faire valoir notre avis dans nos relations avec nos alliés.

 

Bref, en ce qui concerne les photos éventuellement truquées, cela révèlerait à mon avis, non l'absence d'avion et un horrible stratagème, mais l'appât du gain de celui qui veut avoir à vendre la photo la plus spectaculaire. De plus Manhattan est très touristique d'une part et très médiatisé d'autre part et beaucoup de caméras s'y baladent en permanence.

 

Le Lieutenant, qui est quand même belge avant d'être européen et européen et pas américain.

 

sur les américains et sur les russes

 

Message du 13-09-2001 :

 

*** a écrit "Les Russes n'ont, à ma connaissance, jamais considéré leurs alliés comme des sous-merdes, même aux temps les plus durs du communisme, au contraire des Américains pour qui tout étranger est par définition un esclave."

 

Cette phrase est à mon avis, avec tout le respect que je dois à notre amie d'une monumentale et éléphantesque connerie. C'est exactement ce qui nous a été inculqué par 50 ans de désinformation communiste.

 

L'américain est convaincu de la valeur supérieure de son système de démocratie vertueuse et d'économie libre et veut en faire bénéficier tous les autres, cela implique il est vrai de participer à un type d'organisation économique qu'on peut ne pas apprécier et va dans le sens des intérêts de l'économie américaine, mais de l'esclavage stricto sensu, point.

 

Les communistes par contre, créaient sous couvert d'une dialectique où le peuple est cité et gargarisé dans toutes les phrases, un système où toutes les organisations sont infiltrées par un noyau clandestin qui ne reçoit ses ordres que de Moscou et ne suit que  les objectifs du moment désignés par le parti communiste. C'est un mécanisme de prise de pouvoir qui se maintient après la prise de celui-ci et qui fait que toute la société est alors , même dans les décisions qui semblent à caractère décentralisé, dirigée par le présidium suprême du parti communiste (dont il est lui-même le noyau dirigeant). On se retrouve dans un système réellement et strictement d'esclavage où tout le monde et toutes les organisations travaillent pour le bénéfice du parti communiste, c'est à dire une nomenclatura qui n'a jamais regroupé dans les titulaires de la carte plus de l'ordre de grandeur de 5 % de la population. Toutes les organisations admises ont leur noyau dirigeant communiste: état qui est aussi le seul employeur, syndicats, universités, police, justice, médecine, tout ce qui existe est dirigé par le parti communiste, par son présidium suprême et à la limite par un noyau ultime de quelques personnes ou même une seule à l'époque stalinienne. Toute déviation dans l'exécution des directives du moment entraîne à tous les niveaux et en tout pays communiste l'élimination de l'individu en tort. Cela c'est un vrai mécanisme d'esclavage. Si les considérations tactiques le nécessitent, même des partis communistes entiers ont été sacrifiés par Moscou.

 

Le but de l'assouplissement apparu avant la chute du système relevait d'ailleurs du souci, non de libéraliser ce système strictement totalitaire, mais de limiter les risques  pour les seuls membres du noyau dirigent qui n'étaient pas eux-même à l'abri des purges.

 

Un livre fort intéressant à ce sujet et point totalement dépassé, puisque ce mécanisme de noyautage a été repris par les "trotskistes - sionistes - droidlhomistes" actuels est "la vieillesse du monde - essai sur le communisme" de Jean Madiran, nouvelles éditions latines 1966.

On y lit :

 

   " Le communisme remplace 1'esprit par une technique matérielle, par la technique sociologique du  noyau dirigeant. Tout est "pénétré"  non par un   esprit, mais par cette technique de noyautage.  Toutes les "organisations" sont "libres": à la seule condition d'avoir en leur sein an noyau dirigeant communiste.  Si 1'on pouvait ainsi parler, on devrait dire que le Parti communiste est 1'âme matérielle de la société communiste ; il en "informe" organiquement toutes les activités, il en "noyaute" tout ce qui a une dimension sociale, la dimension individuelle étant jugée négligeable. Ce système est par nature total et totalitaire, sous peine de n'être pas viable."

 

Le Lieutenant qui présente néanmoins ses respects à la gente Dame dont il pourfendit les propos.