Richard d'Amphernet

 

 

Une rencontre impossible, de celles que l'on garde en tête sans y mettre une date, importante, traverser l'écran, serrer une main et se redire tout ce qu'on a pensé ensemble, avec la certitude que ce moment vous améliorera. Approcher un chevalier, c'est l'être un peu soi-même ou regretter de n'avoir pas fait tous les efforts qu'on aurait dû pour l'être aussi. Trop tard.

Richard d'Amphernet nous a laissés, tels qu'en l'état, inachevés. On tourne en rond.


Vexilla Regis, Amphernet, Union royaliste Bretagne Vendée militaire, ça va ensemble pour promouvoir la cause du roi, par tous moyens utiles sur sa zone d'effort, le grand Ouest. Homme de convictions en recherche continue, il n'aimait pas l'outrance idéologique qui pouvait défaire en quelques heures une année de tissage politique patient ; il n'était pas non plus asservi à l'histoire officielle du mouvement royaliste, et gardait son jugement. L'histoire, il la portait en hochet avec élégance.


Elle commençait pour lui le 29 décembre 1170 quand le primat d'Angleterre fut dépêché ad patres par quatre chevaliers anglo-normands dont un ancêtre d'icelui pour plaire au roi Henri II Plantagenêt, qui poursuivait l'oeuvre de construction de son royaume et se voyait barré par un ami d'enfance, archevêque ayant choisi de faire carrière de saint. Il m'en confiera une certaine indulgence à l'endroit des Plantagenêt qui furent inhumés en France [et dont le projet de royaume maritime valait bien la marche au Rhin des Capétiens si l'on monte un peu l'altitude d'observation (ndlr)].


Peu allégeant, il avait décidé de se ranger au côté du prince qui bougerait pour de vrai. Mais il avait une préférence acquise sur évaluation de l'impétrant et non par discipline. Ceux-là n'ont pas été assez rapides pour bénéficier de la lance d'un pur chouan. Dommage ! Son combat continue à l'URBVM mais ce ne sera plus pareil.

 

A son épouse, à ses enfants, nos condoléances sincères

 

 

 

 

Source : http://royalartillerie.blogspot.com/2012/05/richard-damphernet.html

Signalé par Gérard de Villèle (VR), le 27/5/2012